Comment la gamification peut aider votre ville dans ses objectifs de mobilité durable

Table des matières

Julia De Freitas
Julia De Freitas
La force tranquille qui coordonne le marketing et les communications
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Qu’elle concerne la circulation des personnes ou des marchandises, la mobilité est une source importante d’émissions de gaz à effet de serre (GES) qui, par conséquent, contribue grandement au réchauffement climatique de notre planète. Le secteur des transports est aujourd’hui responsable de plus de 15% des émissions de GES émises au niveau mondial, avec une tendance à la hausse. Au Québec, le trafic routier concentre à lui seul plus de 80% des émissions de ce secteur.

Il est donc primordial pour les villes d’encourager leurs citoyens à effectuer un transfert depuis des moyens de transport fortement émetteurs en GES, particulièrement l’auto solo, vers des solutions de mobilité durable telles que le transport en commun, la bicyclette, la marche ou le covoiturage. Changer les habitudes de déplacements d’une population n’est toutefois pas chose simple, et c’est ici que le concept de gamification devient extrêmement intéressant. 

Qu’est-ce que la gamification (ou ludification)? 

La ludification, plus souvent utilisé par son anglicisme gamification, consiste à appliquer des mécanismes relatifs au jeu à des processus qui n’ont pas pour premier objectif d’être ludique. Il s’agit d’une stratégie consistant à faire recours à des techniques de jeu dans le but de créer de l’engagement, voire même de générer une action chez la cible. 

La gamification propose des jeux différents selon le type de joueur et est particulièrement apprécié chez les millenials puisque c’est une méthode qui se retrouve majoritairement sur le web et les appareils mobiles. Le but de la gamification est de rendre une action plus ludique, de favoriser l’engagement de l’individu qui y participe et d’introduire éventuellement une dimension virale. Dans un contexte de marketing d’entreprise, la gamification cherche à faire changer des comportements chez le consommateur à un coût qui sera à la fois faible pour l’organisation en question et avantageux pour le client. 

On profite donc de la notion de jeu, de la satisfaction de l’utilisateur et du plaisir que celui-ci retrouve à jouer pour atteindre les acteurs ciblés plus facilement, les impliquer et les convertir aux orientations de l’entreprise. Par exemple, des opérations comme le programme My Starbucks Reward, ou encore Nike + témoignent du succès de la gamification auprès des consommateurs qui ont adhéré aux valeurs et expériences proposées par les marques. 

La gamification pour encourager la mobilité durable 

Ce n’est pas nouveau; on sait depuis longtemps qu’il est essentiel de diminuer l’utilisation de l’automobile afin de minimiser efficacement les nombreuses nuisances causées par son utilisation. Toutefois, l’affirmation selon laquelle il faut réduire l’usage de l’automobile peut être perçue négativement par plusieurs car ce moyen de transport demeure simple pour beaucoup, rapide ou tout simplement essentiel.

Le concept de gamification est donc très pertinent à l’enjeu de la mobilité durable, car le recours au jeu est un moyen positif et efficace qui permet de modifier les comportements et les habitudes des habitants à travers le temps. Prenons par exemple le Défi sans auto solo. Ce jeu d’entreprise sous forme d’application mobile encourage les employés à bouger autrement qu’en auto solo, que ce soit par le transport actif, le transport collectif ou même le télétravail. À l’aide d’une application mobile, les utilisateurs peuvent mesurer l’impact de leur changement de mobilité en temps réel, être récompensés par leurs « bonnes actions » à l’aide d’un système de récompenses et par le fait même devenir ambassadeur de leur mode de transport durable auprès de leurs collègues. 

Il est très important d’inclure un aspect incitatif ainsi qu’un feedback positif dans le contexte d’un jeu de mobilité durable, puisque c’est ce qui gardera les participants actifs et motivés de continuer à « jouer ». 

Les solutions basées sur la gamification ont donc un grand potentiel en ce qui concerne le niveau d’engagement des citoyens envers la mobilité durable. En effet, c’est un concept qui a déjà fait ses preuves et qui fonctionne bien pour une simple raison : cela permet de transformer une tâche ennuyante et répétitive en une tâche beaucoup plus amusante. Par exemple, le Défi sans auto solo 2020 a su mobiliser plus de 950 citoyens pour un total de 61 400 km durable effectués et de 10 700 kg de GES épargnés. La gamification a le pouvoir de donner un sens plus profond aux habitudes quotidiennes des citoyens et les défis à compétitionner entre eux et à exceller, tout en réduisant leur empreinte écologique. 

Au final, est-ce que la gamification en vaut la peine?

En conclusion, la mise en place d’initiatives intégrant la gamification  contribuent au succès de l’action par un niveau d’engagement élevé. De plus, celles-ci permettent un impact positif concret sur la mobilité durable et l’utilisation de transports alternatifs. L’intégration de mécanismes relatifs au jeu dans un contexte de développement durable est définitivement pertinente pour lutter contre l’urgence climatique et les possibilités de la gamification en faveur de la mobilité durable sont nombreuses.

C’est une stratégie qui mérite définitivement d’être exploité davantage par les villes, les sociétés de transport et les entreprises dans le but de poser des actions concrètes et d’impliquer leurs citoyens pour un avenir vert.