2 bonnes raisons d’investir en mobilité durable dans votre ville

Table des matières

Gabriel Tisluck
Gabriel Tisluck
Le gars passionné qui concrétise de bonnes idées marketing en stratégies digitales
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Introduction

2014 a marqué un tournant important : pour la première fois de l’histoire, la moitié de la population mondiale vivait en ville. Avec cette urbanisation, il est indéniable que le transport est un élément indispensable du quotidien de notre mode de vie moderne et joue un rôle important en ce qui concerne les changements climatiques. Les préoccupations des villes à ce sujet orientent de plus en plus leurs investissements, et la mobilité urbaine est au cœur de la solution. Cet article vous donnera donc 2 bonnes raisons pour lesquelles les villes doivent investir dans la mobilité durable.

 

C’est la réponse à plusieurs problèmes de société

Dans leur rapport sur les changements climatiques en 2014, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) démontre que le transport est la source d’émissions de carbone liées à l’énergie connaissant la croissance la plus rapide au monde. En 2010, ce secteur représentait 23 % des émissions de GES liées à l’énergie et les transports urbains en étaient la principale source. Heureusement, les villes commencent à comprendre que les véhicules à faibles émissions de carbone ne sont pas la seule solution qui existe en ce qui concerne les problèmes associés à la congestion, la pollution et l’efficacité économique. L’investissement dans le transport urbain de masse pourrait réduire la congestion, fournir des transports abordables à un plus grand nombre de personnes et générer des retombées économiques encore plus importantes, tout en offrant des avantages environnementaux importants.

Selon Harvard Data Smart Cities Solutions, de plus en plus de villes s’intéressent à trouver des solutions à ces enjeux. On parle d’électrification des véhicules, mais aussi d’autres initiatives favorisant les changements de comportements des citoyens en matière de déplacement comme les crédits de mobilité à Coventry (Royaume-Uni). Le maire de Los Angeles et président du C40, une organisation qui vise à lutter contre les changements climatiques, statue ainsi que « le transport en commun est plus qu’un simple moyen de déplacer les gens. C’est un vecteur d’opportunités, d’équité et d’une meilleure qualité de vie. ». Des études démontrent même qu’il y a des bénéfices pour la forme et la santé associés au transport en commun, puisque le transport actif (marche et vélo) et le transport en commun sont complémentaires.

 

C’est un insvestissement intelligent et rentable

Bien qu’il y ait de nombreux bénéfices sur le plan de la société, le retour sur investissement demeure un aspect non-négligeable dans le contexte de ressources limitées auquel les villes font face. Selon le rapport Climate Emergency, Urban Opportunity de la Coalition for Urban Transitions, il est plus rentable pour une ville d’investir dans le secteur des transports durables que dans plusieurs autres secteurs comme le bâtiment, l’efficacité des matériaux et la gestion des déchets. À ce sujet, trois actions précises ont eu des rendements particulièrement élevés dans de nombreuses villes: le déploiement de véhicules plus efficaces et électriques, la mise en œuvre d’un transfert modal vers les transports en commun et la réduction de la demande de déplacements motorisés.

Si l’électrification et l’efficacité des véhicules peuvent réduire les émissions de GES des transports, la congestion n’en sera pas résolue – elle n’en sera qu’électrifiée. Ces investissements et mesures doivent s’accompagner d’un transfert modal vers le transport en commun dans les villes, qui offre également des retombées économiques plus importantes, comme mentionné ci-haut. Dans leur scénario d’investissement en mobilité urbaine, la Coalition for Urban Transitions démontre qu’aux États-Unis, un investissement total de 4 000 milliards $US dans les bus publics, les trains et les voies ferrées rapporterait 1 000 milliards $US de bénéfices annuels dans les 10 premières années – le plus important de tous les investissements modélisés. Cet investissement s’amortirait d’ailleurs en seulement un an, avec des retours importants sur les économies de propriété de véhicules et sur les coûts d’exploitation et de carburant grâce à une utilisation réduite des véhicules et d’économies de temps de trajet et de congestion.

Conclusion

On peut donc en conclure que la popularisation des véhicules électriques, le changement de mode de transport vers les transports en commun et la réduction des déplacements motorisés sont profondément interconnectés et représentent trois excellents investissements en transport urbain pour une ville. Par exemple, la réduction de la demande de déplacements en véhicules motorisés signifie qu’une ville pourrait fonctionner avec moins de véhicules, ce qui réduirait les besoins d’investissement totaux pour l’électrification des véhicules et permettrait des fonds supplémentaires pour d’autres services publics indispensables. Puisque le transport urbain a définitivement des impacts profonds sur l’environnement, la santé, l’économie et la qualité de vie, son optimisation a le pouvoir de résoudre de nombreux problèmes en même temps. Au final, avec une analyse de rentabilisation aussi solide et un retour sur investissement plaidant en faveur du transport durable, les gouvernements ont l’obligation morale d’agir.